Circul 
Agronomie

L'Île aux Légumes

Approvisionnement durable

  FRANCE

Site web : ile-aux-legumes.fr

Contact : ile-aux-legumes.fr/contact

Secteur : Agriculture

Localisation : Montauban, 82

Date de création : 2019

Date de rencontre : Juillet 2020

Une multitude de légumes cultivés en hydroponie.

Aperçu

Jéremy et Pierre se sont rencontrés en 2016 en école d’ingénieur agronome à Toulouse (ENSAT). Tout deux sont passionnés par la gestion de l’eau dans le milieu agricole, ils ont alors l’idée de mener leur propre projet et de se lancer dans une culture en hydroponie. Au cours de leurs études, chacun de leur côté, ils se forment et se testent en travaillant dans des structures déjà abouties.

En dernière année d’école d’ingé, Jérémy se lance dans un double cursus étudiant entrepreneur : il entame son installation sur un terrain familial. Pierre, lui, fait un double diplôme d’étudiant entrepreneur. Grâce à l’aide de professeurs bienveillants qui leur ont ouvert un large réseau et à leur investissement personnel, ils aboutissent à la création d’une EARL en janvier 2019, englobant la ferme pilote de l’Ile aux légumes et un bureau de conseil Aquacosy Development.

Les premières récoltes se font à l’été 2019 et il est à noter que la totalité de la structure a été construite par eux-même : des bacs de cultures jusqu’au système de circulation d’eau. Ils ont bénéficié d’un très fort soutien de la part d’Initiatives France Tarn-et-Garonne et de la Communauté d’agglomération de Montauban.

Une des serres de l’ïle aux légumes

  • 1500 m2 sous serre
  • + de 60 espèces cultivées
  • 18 restaurateurs de Montauban

Une des 4 serres de la ferme

  • Approvisionnement durable

Un système hydroponique permet d’économiser 10% d’eau par rapport à une agriculture traditionnelle en terre. Pour fournir l’Ile aux légumes, Pierre et Jérémy font uniquement appel à des acteurs locaux de la région montalbanaise : semences, matériaux de construction, billes d’argile, etc… 

  • Consommation responsable

 

Ils encouragent à consommer des produits sains, cultivés sans pesticides et issus d’un système innovant qui permet d’économiser l’eau. La vente directe sous forme de cueillette à la ferme permet de sensibiliser les consommateurs à ce nouveau mode de culture. De plus, le choix de faire uniquement appel à des acteurs de la région montalbanaise permet de faire tourner l’économie locale, les clients prennent eux aussi part à cette économie en consommant les produits de l’Ile aux légumes.

fonctionnement du projet

L’hydroponie est un mode de culture hors sol où les racines des plantes sont directement immergées dans l’eau ou bien sur un milieu inerte (sable, gravier, pouzzolane, billes d’argile…). L’eau dans laquelle baignent les racines est en fait une solution nutritive minérale qui va apporter tous les nutriments nécessaires aux plantes. Les plantes dont les racines sont directement immergées, comme par exemple les salades, reposent sur des rafts en polystyrène tandis que d’autres, commes les tomates, prennent racines sur les billes d’argile. A l’Ile aux légumes, les billes d’argile ont été choisies car elles permettent un bon équilibre bactérien et limitent la présence de bactéries à problème dans l’eau.

Les salades sont cultivés sur des rafts en polystyrène

Les tomates sont cultivés sur des billes d’argile

La serre de l’Ile aux légumes couvre 1500 m². Pour cette surface, c’est 360 m3 d’eau qui sont utilisés chaque année sur les 4 bassins indépendants.

Au niveau énergétique, il y a 6 pompes qui consomment 4,5 kW au total, soit l’équivalent de 3 foyers de 4 personnes. La serre possède une double paroi gonflable (DPG) qui permet de réduire les amplitudes thermiques de 5-8°C à l’intérieur : il est important que l’eau du système n’ait pas de trop grands écarts thermiques.

C’est Jérémy qui s’occupe de la production de légumes, il adopte une démarche expérimentale dans sa serre puisque peu de références existent sur les variétés adaptées ou non à l’hydroponie. Il essaye tout : les variétés considérées comme adaptées à ce mode de culture mais aussi des qui ne le sont pas spécialement. Jusqu’à présent, la conclusion qu’il tire de ses expérimentations est que tous les types de variétés fonctionnent bien en culture hydroponique.

Ce mode de culture lui permet aussi d’augmenter sensiblement la densité des plantes : 3 fois plus de plants au m² pour les cultures hautes (tomates, concombres, poivrons…) et 8 fois plus de plants pour les cultures basses (salades, aromatiques, moutardes…). Pour Jérémy, “la clé c’est la diversité” : c’est pourquoi une soixantaine de variétés différentes sont cultivées dans la serre, de manière à conserver un bon équilibre et limiter les potentiels ravageurs.

Aucun fongicide ou insecticide ne sont employés, pour lutter contre les insectes il utilise des pièges collants.

Les légumes sont vendus directement à la ferme, à une association d’agriculteur qui revend des paniers ou à des restaurateurs montalbanais (18 restaurateurs sont fournis à ce jour).

Un des quatre bassins qui approvisionnent les serres en eau

Pierre et Jérémy ont très à coeur de sensibiliser sur la question de l’eau notamment utilisée en agriculture. Leur idée est de vulgariser et de développer des techniques de cultures hors sol aujourd’hui encore méconnues comme l’hydroponie, l’aquaponie, la bioponie ou encore l’aéroponie. Ces modes de cultures permettent en effet une économie d’eau considérable. Ils considèrent qu’il s’agit non pas de LA mais d’UNE agriculture du futur dont le modèle agricole reste encore à développer et améliorer.

Par leur activité de conseil, ils aident des porteurs de projets aux dimensionnement de tels systèmes ou conseillent des structures importantes déjà existantes à adapter leurs équipements à l’hydroponie et à valoriser l’eau. Ils participent également à un programme de recherche avec l’INRAE et le CNRS sur la qualité de l’eau.

Grâce à son expérience acquise lors de ses études, de stages et de sa propre ferme, Jérémy peut conseiller sur les techniques de cultures hors sol. 

approche de développement durable

Le système hydroponique consomme 10 fois moins d’eau qu’une agriculture conventionnelle. De plus, aucun pesticide ou fongicide ne sont utilisés pour traiter les plantes et la conduite d’un tel système ne requiert pas l’utilisation de gasoil.

Avec les 18 restaurateurs fournis la serre est rentable, ils rentrent dans leurs frais, mais il manque encore quelques débouchés supplémentaires pour que Jérémy puisse se dégager un salaire grâce à la production de légumes. Le bénéfices économiques profitent surtout à l’économie locale qu’ils encouragent fortement.

Un telle entreprise permet de créer du dynamisme local en faisant fonctionner l’économie locale : par le biais des fournisseurs (semenciers, matériaux, billes d’argile…), des restaurants fournis et de la clientèle qui reste strictement montalbanaise. Pour eux, faire appel à des acteurs locaux est primordial. Notons aussi qu’ils pratiquent des prix compétitifs : les légumes sont vendus au même prix que dans des enseignes de la grande distribution, cela permet aux consommateurs d’avoir accès à une alimentation responsable, saine et de qualité à des prix très abordables.

Reproductibilité & perspectives d'évolution

Les atouts permettant la reproductibilité d’un tel projet sont multiples : 

  • économie d’eau
  • peu énergivore
  • pas besoin de terres fertiles (très intéressant dans un contexte de raréfaction des terres arables)
  • augmentation de la densité de culture
  • qualité gustative des produits

 

Il faut néanmoins prendre en compte les points suivants pour assurer la réussite d’un projet en hydroponie tel que l’Île aux Légumes : 

  • investissement initial pour la structure (200 000€)
  • uniquement des petites surfaces cultivées
  • le hors sol ne permet pas la certification “Agriculture Biologique”

Il existe quelques poissons dans certains bassins (carpes sauvages, poissons rouges) qui ne représentent que 5-6% de la fertilisation globale, autrement dit une part dérisoire.

A ce jour, le système est majoritairement en hydroponie et Jérémy aimerait passer progressivement sur une aquaponie découplée (pour plus de détails sur l’aquaponie, consulter l’article sur BIGH). Il projette d’installer un bassin de 30m3 en extérieur à côté de la serre pour y mettre des poissons de lacs comme par exemple des perches jaunes ou bien des cendres quand le système sera bien maîtrisé. L’eau “sale” des poissons, chargée en nitrates, servira alors de fertilisant pour les plantes.

Il aimerait également mettre en place un compost de sorte à pouvoir en récupérer le jus, qui pourrait être aussi un constituant de la solution nutritive.

Avec la production de l’Ile aux légumes, Jérémy s’est donné comme objectif de fournir 25 restaurateurs de la région montalbanaise, ce qui lui assurerait un salaire.

Pour finir, Pierre et Jérémy aimerait continuer à développer leur activité de conseil pour répandre ces modes de cultures hors sol économes en eau, tout en continuant de construire et développer ce modèle agricole.

Copyright CirculAgronomie 2020