Eco-Pertica

Eco-conception

  France

Web: www.ecopertica.com

Contact: contact@ecopertica.com

Localisation: région normande du Perche, France

Secteur: Agriculture et Construction

Date de création: 2010

Date de rencontre: Mai 2020

Maturité du projet: mature et pérenne

Une coopérative développant une filière locale du chanvre dans le Perche.

Aperçu

Eco-Pertica est une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) issue de la fusion de 2 associations : l’association Chaux, Chanvre et Compagnie qui mettait en réseau des auto-constructeurs et des artisans pour partager leurs expériences sur l’éco-construction et l’association L’apport de l’éco-vivre qui avait pour volonté de sensibiliser à l’éco-vivre de manière générale (habitat, déplacement, loisirs, alimentation…)

Eco-Pertica est le fruit de la volonté d’Antoine Elleaume, gérant de la coopérative, de développer les ressources locales du Perche et de sensibiliser les habitants et acteurs de la région à l’éco-construction.

Le chanvre était cultivé dans le Perche pendant la première moitié du XXème siècle et était destiné aux tissage et cordage des voiliers marins ainsi qu’à l’industrie de la papeterie. [2] Ainsi, la coopérative a souhaité recréer et redynamiser un savoir-faire local pour l’utiliser cette fois-ci dans la construction, en revenant à des méthodes artisanales.

La France est le premier producteur de chanvre en Europe (plus de la moitié de la surface de production) [1]

La coopérative comprend

  • 6 agriculteurs sociétaires
  • 25 ha de récoltes
  • 1 machine pour transformer le chanvre en matériau de construction (isolant thermique)
  • 2 co-produits du chanvre commercialisé

 

Nombre de chantiers par an (chiffres 2019)

  • chantiers fournis en chanvre, laine ou chènevotte : 60
  • chantiers réalisés en projection terre-chanvre : 6
  • Projets de rénovation accompagnés de la conception à la réalisation: une trentaine
  • CA : 150 000 €

 

Périmètre d’influence 

  • Accompagnement à l’éco-construction : 50 km autour du siège
  • Vente d’éco-matériaux : 100 km autour du siège
  • Eco-Conception

Pour rappel, l’éco-conception est le fait de « concevoir une offre de produits (biens ou services) plus respectueux de l’environnement.» [3]

Eco-Pertica vise à minimiser à chaque étape du cycle de vie du chanvre son impact sur l’environnement.

L’approvisionnement du chanvre pour l’éco-construction se fait de la façon la plus durable possible. Le chanvre n’est pas labellisé bio mais aucun produit phytosanitaire n’est utilisé et il n’y a aucun arrosage durant la culture.  

La transformation du chanvre en matériau de construction se fait grâce à une machine développée par la coopérative et se trouve sur l’exploitation d’un des agriculteurs sociétaires.

La volonté de développer une micro-filière locale limite les transports. Ainsi entre la ressource brute et le produit final, moins de 100 km sont parcourus.

C’est un très bel exemple de circuit-court, où le consommateur (l’artisan ou l’auto-constructeur) est en contact direct avec le producteur.

fonctionnement du projet

Le cycle de vie du chanvre est le suivant: 

Suite à sa culture entre Mai et Septembre, le chanvre est récolté et défibré grâce à une machine mise en place par les agriculteurs de la coopérative. Le chanvre peut ensuite être utilisé sous plusieurs formes dans des chantiers d’éco-construction : dans un mélange terre-chanvre comme enduit, en tant qu’isolant seul sous forme de fibre ou de bottes de laines. 

Culture de chanvre

Ligne de défibrage

Bottes de laine de chanvre

Enduit de chanvre

Enduit terre-chanvre

Micro filière : Une filière comprend l’ensemble des activités de l’amont à l’aval à la réalisation d’un produit.  Une micro-filière comprend l’ensemble de ses activités dans un périmètre très localisé. Eco-Pertica produit, transforme et commercialise le chanvre dans la région Normande du Perche qui se trouve dans les départements de l’Eure, l’Eure-et-Loir, l’Orne, la Sarthe et le Loir-et-Cher. Les projets de construction et de rénovation sont majoritairement ceux de bâtisses traditionnelles du Perche.

Matériau biosourcé : Ce dit d’un produit fabriqué à partir de matière biologique (végétale, animale, algale) comme le bois, la paille ou la laine de mouton. [4] Le chanvre utilisé en tant qu’isolant thermique est donc un matériau biosourcé et peut être utilisé seul ou avec d’autres matériaux.

L’éco-construction : L’éco-construction est le fait de créer, restaurer ou rénover un bâtiment durablement en respectant l’environnement. Ceci se fait essentiellement grâce à l’utilisation de matériaux renouvelables peu énergivores et polluants.

Eco-Pertica est une coopérative qui veut promouvoir l’éco-vivre, l’artisanat et le développement local de la filière du chanvre.

Ses deux activités rémunératrices sont la vente de chanvre et le conseil en éco-construction. Grâce à son expertise et expérience, Eco-Pertica accompagne des auto-constructeurs ou des artisans dans la rénovation de bâtisses du Perche afin d’optimiser les performances énergétiques en respectant l’environnement et les traditions. Par exemple, le ciment servant d’enduit sur les murs est remplacé par de l’enduit terre-chanvre, ce qui permet une meilleure respiration des murs et est plus écologique.

Eco-Pertica est également très engagée et organise différentes activités non-rémunératrices afin de promouvoir l’éco-vivre et la filière du chanvre.

Tout d’abord, la coopérative effectue un travail en continue afin de développer de nouvelles techniques et de nouveaux outils pour travailler le chanvre. Leur objectif est de trouver des moyens permettant d’utiliser le chanvre en le transformant le moins possible.

La coopérative met en place des actions de sensibilisation et de communication. Par exemple, elle organise des cafés d’éco-construction permettant à des personnes de présenter leurs projets de construction ou de rénovation et d’échanger avec les autres. Ceci permet de créer une réelle culture de l’éco-construction dans la région. Les salariés organisent également bénévolement des soirées d’informations sur des thèmes plus diverses, en rapport avec l’éco-vivre.

Enfin, Eco-Pertica participe à des programmes de recherche pour mieux connaître les caractéristiques techniques des matériaux ainsi qu’à des recherches mutualisées avec les autres filières locales du chanvre français afin d’étudier les points communs et variabilité des propriétés des différents chanvres.

Historiquement, le chanvre en France était utilisé dans les filières du textile et de la papeterie. D’autres débouchées se sont développées depuis quelques décennies comme les isolants thermiques en construction, le plastique biosourcé, l’industrie automobile et les litières animales.

C’est une plante annuelle (semis en Mai et récolte en Septembre), facile à produire et qui présente de nombreux avantages agronomiques. Par exemple, elle permet d’augmenter le rendement de 5 à 10% de la culture suivante et de rompre les cycles de maladie et des mauvaises herbes. C’est une plante propice à la biodiversité du fait de la hauteur et de la densité des cultures, dans lequel certains animaux peuvent se cacher. Sa culture ne nécessite pas de produits phytosanitaires et peu d’irrigation puisque le chanvre résiste à la sécheresse grâce à un système racinaire profond. [4]

Le chanvre peut être utilisé de manières très variées. Au sein d’Eco-Pertica, 2 co-produits sont essentiellement fabriqués pour l’éco-construction :

La laine de chanvre : le chanvre est la plus longue fibre végétale qui existe et l’écorce (le phloème) de la plante peut être utilisée comme isolant des toitures après défibrage.

La chènevotte : La moelle de la plante (le xylème) peut être broyée en paillette et mélangée avec de la terre argileuse pour être utilisée comme enduit isolant sur les murs.

Lors de l’étape de défibrage du chanvre, 15% de la matière défibrée est réduite en poussière. Cette poussière de chanvre est également valorisable puisque c’est un excellent absorbant pour les toilettes sèches et peut également servir de paillage ou encore d’anti limace.

Certains agriculteurs de la coopérative valorisent également la graine à destination de l’alimentation humaine sous plusieurs formes comme de l’huile, de la farine et des graines décortiquées.

Les fleurs pourraient également être valorisées pour des usages médicinaux mais cette valorisation est freinée par la réglementation française sur le CBD, molécule ayant des propriétés relaxantes.

L’utilisation du chanvre comme isolant permet d’éviter l’utilisation d’isolants non biosourcés comme la laine de verre, la laine de roche et le polystyrène. D’autre part, la laine de chanvre est tout aussi performante que les autres isolants et, à densité égale, est plus économique.

Contrairement aux autres matériaux, le chanvre a un impact positif sur l’environnement puisque c’est un puit à carbone. En effet, 1 ha de chanvre absorbe autant de CO2 qu’1 ha de forêt, soit 15 tonnes. [4]

Eco-Pertica utilise un enduit constitué de chanvre et de terre argileuse récupérée sur des chantiers ou auprès d’agriculteurs locaux. Ceci permet de valoriser un déchet, limite l’extraction de matières premières minérales comme la chaux et économise de l’énergie puisque c’est un matériau local. En effet, contrairement à la chaux, la terre émet moins de CO2 puisque son transport est localisé dans la région du Perche et n’a pas besoin d’être cuite avant d’être utilisée comme enduit. L’association terre-chanvre est donc un enduit durable qui est un véritable puit à carbone.

Isolation d’une maison avec du chanvre

approche de développement durable

De sa production à son utilisation comme isolant thermique le chanvre présente de nombreux avantages environnementaux. (voir les parties III et IV de la présentation de la démarche d’économie circulaire).

La création d’une micro-filière locale permet de réduire de façon considérable les rejets de CO2 lié au transport puisque 100 km sont parcourus au maximum entre une exploitation de chanvre et un chantier de construction ou de rénovation.

Pour les constructeurs ou rénovateurs, à densité égale, la laine de chanvre est plus économique que ces alternatives non biosourcés.

D’autre part, grâce à sa forme juridique et le développement du circuit-court, Eco-Pertica assure une bonne rémunération des producteurs, qui transforment eux-mêmes le chanvre en laine ou chènevotte et les vendent directement sur leur exploitation.

Grâce à son engagement pour promouvoir le chanvre et l’éco-vivre dans le Perche, Eco-Pertica a un réel impact sur les habitudes des artisans et auto-constructeurs de la région. En créant un réseau d’artisans experts en éco-construction, la coopérative soutien les métiers artisanaux et traditionnels locaux et souhaite remettre l’artisanat au cœur de l’activité de la construction.

Reproductibilité & perspectives d'évolution

Eco-Pertica est fédérateur au niveau national pour promouvoir les filières locales de chanvre auprès des ministères. La coopérative fait partie de l’association Chanvriers en Circuits Courts. Créée en 2009, cette association rassemble des groupes d’agriculteurs qui cultivent au sein de micro-filières locales de production du chanvre  fermier pour l’éco-construction en France. [5] Les groupes membres de l’association se retrouvent 2 fois par an pour échanger sur diverses problématiques liées au développement de leurs filières locales (notamment la transformation et la distribution du chanvre). Cette volonté d’autonomie et de ne pas créer une grosse coopérative permet d’encourager de nouveaux acteurs dans d’autres régions de se lancer dans le développement d’une micro-filière locale de chanvre durable et viable.

La coopérative existe depuis maintenant 10 ans. Son modèle économique n’étant pas encore stable, elle cherche à développer de nouveaux moyens pour le pérenniser.

Son objectif reste tout de même à garder une activité locale et artisanale (seulement quelques chantiers ont été réalisés en dehors du Perche près de Caen et en Bretagne à 200-250 km du siège).

Les réglementations, certifications, labels et normes très strictes dans la construction sont un frein au développement de filières locales. Cependant, ceci n’empêche en rien la confiance qui existe naturellement entre les producteurs et le client final puisque la chaîne ne comporte aucun intermédiaire. 

Un projet sur le long terme serait de monter un centre de formation sur le chanvre pour développer les compétences d’acteurs de la filière et en attirer des nouveaux.

Copyright CirculAgronomie 2020